J’ai trouvé ma voie professionnelle grâce à mon fils.

Vous allez me dire « qu’est ce qu’un bébé de 6 mois a avoir avec ta vie professionnelle ? ». Et vous aurez raison parce que même moi j’arrive pas à comprendre comment c’est possible. Mais pourtant, j’ai eu un vrai déclic grâce à Andrea, aujourd’hui je sais et je suis sure de ce que je veux faire !

Mon passé professionnel est-il catastrophique ?

  1. Esthétiqueà 16 ans j’ai commencé un BAC Pro Esthétique-Cosmétique que je n’ai pas terminé pour des raisons personnelles, j’ai quitté le lycée durant mon année de première.
  2. FitnessEn rejoignant mes parents en Guadeloupe j’ai obtenu mon diplôme CQP pour être coach en Fitness. J’ai enchaîné sur mon BPJEPS activité gymnique de la forme et de la force. Que je n’ai pas pu terminé à cause d’une hernie discale..
  3. ImmobilierApres m’être à peu près remise de mon hernie discale, j’ai commencé à bosser dans une agence immobilière en tant que négociatrice de vente. Ça été une expérience très enrichissante et qui m’a beaucoup fait grandir. C’est une activité passionnante.. Mais au bout d’un an en tant qu’indépendante j’ai réalisé que ce n’était pas un métier fait pour moi car beaucoup trop sérieux, de trop grosses responsabilités, trop d’enjeu.. de nature déjà stressée c’était trop pour moi !
  4. Commerciale Ensuite durant quelques mois je bossais un peu comme commerciale dans la même boîte que Romain a l’époque pour des chauffes-eaux solaires, citernes..
  5. Marketing de réseaux Pendant quelques mois et tout ceux de ma grossesse j’ai été networkeuse chez Itworks, expérience juste géniale. C’est du MLM, c’est légal et reconnu oui oui. J’ai pu gagné quelques centaines d’euros par mois grâce à ça et je sais que si j’avais voulu continuer j’aurais gagné ma vie et même très bien gagné ma vie !

A côté de tout ça je donnais des cours de gymnastique à des enfants dans un club. 3 soirs par semaines (Je suis gymnaste depuis mes 2 ans). J’aimais tellement ça puis ca me faisait un petit complement a la fin du mois !

Pas si facile à vivre..

Quand je suis tombé enceinte d’Andrea, c’était en novembre 2017 j’avais 20 ans et je n’avais aucune idées de ce que je voulais faire de mon avenir professionnel.

Ça été très dur à accepter puis à avouer mais à ce moment là, à vu de ta propre situation tu as honte. Honte de ne pas savoir ce que tu veux faire, de ne pas avoir de vie professionnelle stable, honte de ne pas gagner ta vie comme tu le voudrais, honte de devoir dépendre de la personne avec qui tu vis. Face aux autres biensur tu ne laisses rien paraître, tu parles du sujet avec légèreté, positivement ou en rigolant mais en réalité au fond de toi tu n’as qu’une seule envie c’est te cacher dans un trou de souris

J’ai cette impression que dans notre société actuelle la situation professionnelle est tellement importante qu’on juge une personne en fonction de son poste ou de son revenu. Il faudrait réinventer l’expression « l’habit ne fait pas le moine » en « l’emploi.. » 😂. Bref on va pas rentrer dans ce sujet.

Le déclic

la rencontre d’une personne merveilleuse

Je pense que dans un premier temps la personne qui a influencé mon choix et réveillé cette passion en moi est ma sage-femme qui m’a suivie lors de ma grossesse à la maison de naissance. C’est une femme passionnée et passionnante, qui arrive à transmettre tellement de choses avec si peu de mots, j’avais jamais rencontrer une telle personne, elle arrive à te faire comprendre et savoir des choses que tu ne pensais pas savoir rien qu’en te posant des questions ou en te faisant constater des choses par toi même. (Qui a compris cette phrase ?) C’est juste magique. Elle arrive à t’emmener dans son univers sans influencer ta pensée ou tes choix, tu as juste très naturellement envie de la suivre. Elle est tellement bienveillante et tolérante que tu te demande comment elle fait pour ne jamais faire une critique, jamais une contradiction. C’est le genre de personne qui est vraiment présente quand tu te trouves avec elle tu te sens importante, écouté et accepté.

J’en ai appris tellement sur mon bébé sur moi à ses côtés. J’ai surtout appris à m’écouter, à me faire confiance et surtout à faire confiance à Andrea. Ça été tellement fort que j’ai eu envie de de transmettre ces valeurs moi aussi et surtout explorer cette passion naissante pour les bébés.

Bon on va pas se mentir quand j’ai vu les études pour devenir sage-femme, n’ayant même pas mon bac et n’étant pas du tout studieuse quand il s’agit de « bancs d’ecoles », j’ai vite déchanté.

Tout a commencé lorsque j’étais enceinte d’Andrea.

Quand je voyais comment certains traités ou comprenaient les enfants, leur évolution, les avis sur leurs comportements je me suis demandais si ce n’était pas moi qui avait un problème ? Bon après quelques recherches je vous rassure, ce n’est pas moi 😂 bon ni eux d’ailleurs, on est juste différents !

Puis je me suis aperçu qu’il y a énormément de gens qui n’aiment pas les enfants, les bébés. Énormément de gens qui les trouvent sans intérêts, ennuyeux même chiants ! J’ai comme l’impression que d’être à l’aise avec un enfant est un don.. Avant ma grossesse je n’avais jamais prêté attention à ça. J’ai toujours côtoyé des enfants, fait du baby-sitting ou donner mes cours de gym. Pour moi c’était naturel et tout le monde était pareil. Mais je me trompais !

Du coup, illumination !!! C’est avec les enfants que je veux être !!!!

J’ai la chance de les aimer, ils me passionnent, ils me comblent de bonheur alors il faut absolument que j’en profite !

Trouver le métier qui me correspond

Prochaine étape : choisir entre tout ces métiers de la petite enfance. Et je peux vous dire qu’il y en a un paquet !!

J’ai trouvé Assistante Maternelle. La révélation, tout correspondait parfaitement à mes attentes et en plus de ça, je pourrai bosser tout en gardant Andrea avec moi, que demande le peuple ? Adepte du maternage proximal etc si je n’avais pas trouvé ça de toute façon je serais resté avec lui durant ces 2 premières années, devant supporter les jugements et les réflexions extérieures 😂 ouf je vais échapper à ça.

Le chemin parcouru au 6 mois d’Andrea

J’ai beaucoup lu, je me suis beaucoup renseigné, j’ai appris énormément de choses sur les enfants et bébés depuis la naissance d’Andrea et j’ai découvert des études, des méthodes passionnantes comme :

  • La pédagogie Montessori : la mission première de cette pédagogie est d’aider l’enfant à se construire pleinement, de manière autonome pour devenir un adulte confiant et responsable. En savoir plus
  • La motricité libre : Cela consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin de lui permettre d’explorer son corps et de se développer en toute confiance. En savoir plus
  • L’éducation bienveillante (ou positive) : ma plus belle découverte : Cliquez ici pour en savoir plus

Et d’autres choses tout autant passionnantes dont j’aurai l’occasion de vous parler.

Aujourd’hui Andrea a 6 mois et je suis enfin sûre de ce que je veux faire. J’ai cette passion qui ne me lâche plus, comme une mission à accomplir comme si quelque chose au plus profond de moi avait besoin de ça pour vivre. C’est vraiment inexplicable comme sensation.

Mon projet professionnel

Je vais dans un premier temps devenir assistante maternelle, j’ai déjà entamé mes démarches. Et me former à la pédagogie Montessori pour pouvoir l’appliquer à la maison pour les enfants accueillis. Je vais également appliquer la motricité libre et la Communication NonViolente. (Dont je vous parle dans Quelque part entre la contrainte et la permissivité..)

Sur le long terme, j’ai pour projet d’ouvrir ma propre micro-crèche Montessori ou un Nido. Je l’espère dans 2 ou 3 ans, je me suis beaucoup renseigné sur les démarches, la législation etc. Et c’est vraiment un projet qui me tient à cœur, comme une évidence. En l’écrivant je m’engage à ne rien lâcher sans y être parvenu parce que je sais que c’est ce qui me passionne et qui me fera m’épanouir pleinement professionnellement. C’est un défi, mon objectif ultime !!!

À côté de tout ça, sur mon temps libre, je pense me former pour être consultante, coach en parentalité, organiser des ateliers, des séances privées ou même un jour des conférences qui sait.. tout ça autour de la parentalité bienveillante. Ceci n’est pour l’instant qu’une idée que je garde dans un petit coin de ma tête !

Conclusion

  • Sans ma grossesse je n’aurais pas rencontré ma sage-femme qui m’a transmis cette passion pour les bébés et pour les autres. Cette envie de partager quelque chose comme elle l’a fait avec nous.
  • Sans ma grossesse je ne me serais peut-être pas rendu compte de l’intérêt que je porte aux enfants.
  • Sans la naissance d’Andrea je ne me serais peut-être pas intéressé a ces méthodes d’éducations alternatives, ces pédagogies et tout le reste !

La vie est tellement bien faite (le plus souvent) ! Je pense vraiment qu’il n’y a pas de hasard. Ça peut paraître naïf mais j’ai appris à écouter les signes que la vie m’envoie dans n’importe quelle situation.

4 mois 1/2 d’allaitement et mon mumlife.

Avant toutes choses je tiens vraiment à encourager les futures mamans, les nouvelles mamans, les mamans allaitantes à poursuivre votre allaitement biensur si c’est votre choix. Je tiens surtout à vous dire que le meilleur reste à venir.. accrochez-vous, même si ce n’est pas tout les jours facile. Vous pouvez le faire, la nature est faite comme ça, aillez confiance en vous et en votre petit.

Je vous conseille vivement d’assister à des cours et séances de conseils en lactation, de voir une professionnelle, de vous documenter beaucoup avant votre accouchement.

Malheureusement beaucoup trop de mamans laissent tomber le projet allaitement à la maternité car elles sont trop mal voir pas du tout conseillées par les sages-femmes débordées..

Le passé est passé..

les 3 premiers mois ont été, très sincèrement difficiles ! Difficile parce qu’Andrea demandait à téter très souvent, les 2 premiers mois toutes les 20 minutes, 30 minutes.. pas plus en journée. C’était très éprouvant et limite contraignant !!! J’ai pensé plusieurs fois à passer à l’allaitement mixte, mi biberon mi tétée, je me suis bien renseignée, ma situation collait parfaitement aux raisons qui poussaient ces mères à passer à ce mode d’alimentation mais quelque chose au fond de moi m’en empêchait. C’est pas l’envie qui m’en manquait, je rêvais de pouvoir dormir 7h d’affilée, faire une grasse mat, passer une après-midi au spa.. faire une sieste. Des choses que tu ne peux pas faire quand ton bébé demande Le seins aussi souvent. Alors j’ai essayé de tirer mon lait, mais durant le premier mois c’était très difficile en plus avec un tire lait Manuel. Et le deuxième ça allait un peut mieux mais jamais suffisant pour Andrea. Je me suis quand même accrochée, je ne me suis pas laissé le choix parce que je voulais ce qu’il y a de mieux pour lui et que ce n’était pas non plus un cas de force majeure, seulement de l’épuisement !

À l’heure actuelle

Aujourd’hui je suis tellement fière et heureuse d’avoir résisté, d’avoir « galéré » pendant quelques semaines. Aujourd’hui c’est que du bonheur !!!

Andrea mange toute les 4h, il est en pleine forme, n’a jamais eu un seul problème digestif ou gastrique, aucunes coliques .. RAS.

C’est tellement pratique, quand on sort on sait à quel moment il va avoir faim, on a juste à trouver un endroit où on pourra s’asseoir plus ou moins au calme.. pas besoin de biberons de micro-onde, de chauffe biberon et je sais pas trop quoi de plus lol. Non, on a juste besoin du garde manger (moi même) et de bébé.

Je vais vous épargner le spitch du « il n’y a rien de meilleur que le lait maternel pour le bébé » je crois que tout le monde est au courant. Je veux juste vous partager le sentiment et la sensation que j’ai à nourrir Andrea seule, moi même, sans l’aide de personne d’autre lol. C’est tellement puissant, tellement incroyable finalement je n’ai même pas de mots pour décrire ce sentiment mais en tout cas voir grandir, grossir, évoluer ce petit être aussi vite et se dire que c’est grâce à ce que mon corps lui donne.. c’est juste transportant !! Magique.

#reallife #mumlife

Et si j’avais repris le boulot..

Alors oui, vous allez me dire, le congé maternité est trop court pour pouvoir continuer etc.. je suis bien d’accord avec vous. Mais sachez que si vous le voulez vraiment vous pouvez continuer même en aillant repris le boulot. Je discute tous les jours avec des mamans dans ce cas, et qui arrivent à tirer leur lait en journée, font téter leurs bébés le matin et le soir et tirent leur lait 2 à 3 fois par jours pendant leurs poses. Évidemment il faut l’appareil et le matériel adéquate. Mais sachez que ça se fait de plus en plus et que c’est de plus en plus facile !

Moi j’ai le tire lait électrique de chez Avent depuis peu, avant j’avais le Manuel mais c’était difficile pour moi. D’autres y arrivent d’autres pas. Comme je suis à la maison avec Andrea je ne m’en sert pas souvent, mais ça me rassure de savoir que si besoin il est là, si je dois m’absenter ou quoi.

Regardez ces images de mamans qui bosse et qui ont tiré leur lait, perso je suis juste hyper impressionnée ! Mais comme quoi, on peut toutes y arriver.

Ma non-activité..

Pour être tout à fait honnête avec vous cette situation n’est pas vraiment simple à vivre au quotidien. Et je sais, en discutant avec toutes ces mamans sur les réseaux qui sont dans le même cas que moi que je ne suis pas la seule à le penser. Et d’ailleurs de voir que l’on est pas seule ça fait un bien fou ! Alors oui c’est vrai c’est un « choix » mais WAW quel courage ont ces femmes à retourner au travail 3 mois après la naissance de leur bébé, le confier à une inconnue ou à quelqu’un de l’entourage tout simplement. C’est juste inimaginable pour moi, et puis c’est peut-être debile mais d’imaginer le faire garder par quelqu’un d’autre toute la journée, toute la semaine ça me fait mal au cœur, ça me culpabilise même.. il a tellement besoin de ce repère vital qu’est sa mère, cette personne d’attachement, de confiance.. j’ai peut-être trop lu d’études sur le comportement, développement du nourrisson lol. Après c’est sur on est toutes différentes, on a toutes nos propres croyances, nos propres avis et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes. On fait juste de notre mieux pour nos petits pas vrai ?

En tout cas, être sans activité, même si beaucoup de personnes disent qu’être parents au foyer et le plus beau métier qui existe, c’est pas simple tous les jours. J’ai tellement hâte de reprendre une vie active, de rencontrer de nouvelles personnes, discuter, partager.. des choses simples du quotidien en fait. Mais je me dis que quelques mois ou même 1 an, 2 ans c’est quoi dans une vie ? On a voulu avoir Andrea il faut l’assumer et tout faire pour son bien-être, lui n’a pas demandé à être là, on lui doit bien ça lol

Et surtout, la chose la plus pesante et difficile à vivre .. pouvoir être indépendante financièrement et pouvoir subvenir aux besoins de toute notre petite famille toute seule ! meme si Romain se débrouille comme un chef.

Plus pour longtemps..

Comme j’ai envie ou besoin (pour lui et moi) de garder Andrea pour le moment. J’ai décidé d’entamer les démarches pour devenir assistante maternelle.

J’ai la chance d’aimer les enfants, d’être limite passionnée par les « méthodes » d’éducations et d’apprentissages, par les comportements, les besoins, le développement de l’enfant. De plus j’ai déjà des diplômes dans la petite enfance grâce aux cours de gymnastique que je donnais en Guadeloupe.

Je suis déjà inscrite aux épreuves du CAP Petite enfance de Juin 2019. Dans un premier temps il faut que j’équipe et que je sécurise ma maison pour l’accueil des enfants, ensuite je pourrais faire ma demande d’agrément, suivre les 40 heures de formations ou je sais plus combien d’ailleurs lol et puis on sera bon !! J’ai tellement hâte. Je vais vraiment tout faire pour y arriver.