Mon récit d’accouchement

One comment

6 mois après la naissance d’Andrea je crois que je me sens prête à vous raconter mon accouchement.

Depuis peu je l’ai totalement accepté, même si ce n’est pas de cette manière que j’aurais souhaité qu’il se déroule, c’est MON ACCOUCHEMENT, ma rencontre avec l’amour de ma vie alors peut importe, au final c’est le plus beau moment de ma vie et je ne le changerai ou modifierai pour rien au monde. Ça fait parti de nous, c’est NOTRE histoire.

Je vous raconte également ma mise en place de l’allaitement ! Qui a failli ne pas se faire.. c’est pour cette raison que j’ai envie de communiquer sur le sujet.. On voit tellement d’allaitement raté à cause de ce manque d’information et tellement de mamans qui en souffrent..

Je le fais aussi parce que vous êtes beaucoup à me l’avoir demandé et que cela me fait plaisir de partager ce moment si intime avec vous, comme tout le reste !

Mon projet d’accouchement

J’avais pour désir d’accoucher physiologiquement c’est à dire naturellement, sans péridurale, sans monitoring, sans « table d’accouchement » ni aucun acte médical tant que nos vies n’étaient pas danger évidemment, simplement accoucher avec ma sage-femme d’amour, mon chéri, une grande baignoire, un lit dans une pièce que je connais, tamisée, avec notre playlist où je peux suivre mes besoins et ceux de bébés.. me laisser guider par mon cerveau reptilien et lâcher prise..

Pour cela j’ai été suivi durant toute ma grossesse par une sage-femme de la maison de naissance dont les locaux se trouve dans la maternité même. (Et non pas en pleine forêt 😂). Le suivi a été juste merveilleux, parfait, je n’aurais pas pu rêver mieux et je pense que Romain n’en pense pas moins.

Nous avons été extrêmement bien informés, soutenus, écoutés, respectés, aidés.. Nous avons eu la chance de suivre des « cours » d’allaitement par une consultante en lactation (ce qui est je pense très important avant la naissance de son enfant, car il y a des choses à connaître sur l’allaitement qui ne sont pas forcément innées..et pas expliqué par les sages-femmes dès maternités malheureusement)

Bref, en tout cas si vous avez une maison de naissance pas loin de chez vous je vous les conseille vivement.. le suivi n’est pas du tout le même. J’étais en contact (d’ailleurs toujours aujourd’hui) nuit et jour avec ma sage-femme si j’avais besoin de quoi que ce soit. C’est un suivi beaucoup plus personnalisé, beaucoup de complicité, d’écoute.. c’est pour cette raison qu’elles ne prennnet que quelques patients par mois.. pour être présente à 100% auprès de chaque famille.

Pourquoi un tel projet..

Déjà raison numéro 1 : ceux qui me connaissent savent à quel point je suis phobique des actes médicaux, des piqûres, des hôpitaux etc.. je m’étalerais pas sur le sujet.

Raison numéro 2 : je vous encourage vraiment vraiment vraiment à lire le livre J’accouche bientôt : que faire de la douleur !!!! Que vous soyez future maman, déjà maman 1 fois ou 10 fois, ou que vous vous intéressiez simplement à la physiologie de l’accouchement.. il est juste FABULEUX. Tout le mécanisme que notre corps, notre cerveaux, bébé, les hormones mettent en places pour ce faire.. et puis une réelle réflexion sur la douleur, la souffrance, comment la surmonter, comment l’accepter.. puis des explications sur les gestes médicaux inutiles encore pratiqués souvent dans les maternités, qui peuvent nuire au nouveau-né.. BREF LISEZ LE vous ne serez pas déçu !!!!!!

L’impatience des dernières semaines..

Pour pouvoir accoucher à la maison de naissance il faut dépasser le terme où bébé serait prématuré, c’est à dire pas avant la 37 eme semaine. Comme Andrea était un gros gros bébé et qu’il était vraiment en grande forme j’avais l’autorisation pour 36 Semaines !! Avant la 36eme j’ai été presque « alité » car j’avais pas mal d’épisodes de contractions et j’avais déjà atterri une fois à la maternité où ils me les avaient stoppé avec des médicaments !

A partir de la 36 eme semaine, comme j’avais le feu vert j’avais évidemment qu’une seule envie : rencontrer lardounet !! A partir de là j’ai TOUT ESSAYÉ mais vraiment tout, les routes cabossés en voiture, les bains de mer, les infusions de feuilles de Framboisier, marcher beaucoup, faire du ballon, me faire masser les pieds, les ébats amoureux… etc !

Ça devenait une telle obsession que je n’en dormait plus la nuit, quand j’avais des contractions le soir je ne voulais pas aller me coucher pour ne pas les stopper .. (ce qui est complètement debile car quand ce sont les vrais peu importe ce que l’on fait elles ne s’arrêtent pas) ensuite je me relevais la nuit et j’allais marcher dans la maison pour essayer de déclencher.. à ce moment c’est juste plus fort que toi, tu sais que ça viendra, qu’il suffit de lâcher prise.. mais c’est impossible, tu ne penses qu’à ça ! Au final, je m’épuisais plus qu’autre chose. Ah je suis même retournée a ma box de Crossfit faire un petit Wod !! 😂

J-1

Le dimanche 11 au matin j’ai commencé à avoir des contractions différentes. Je les ai desuite reconnu même si je ne voulais pas crier victoire trop vite pour ne pas être déçu si ce n’était pas ça.

J’ai envoyé un message à ma sage-femme (qui n’était pas d’astreinte ce jour là) en lui expliquant ce que je ressentais, comment étaient les contractions, et surtout cette sensation qu’Andrea était bien descendu. Du coup on s’est rendu à la MDN, et une autre sage-femme que je connaissais et avec qui j’avais déjà fait des consultations est venu pour m’ausculter.

Nous sommes arrivés vers 12:00, mon col était ouvert à 2 cm. On a posé le monitoring et les contractions étaient régulières et bien intenses.

Nous sommes donc repartis en nous disant que l’on se tenait au courant de l’évolution.. car à la maison de naissance on nous apprend à reconnaître et à savoir quand c’est le moment d’arriver puisque le but est de commencer une partie du travail tranquille à la maison. On peu penser que dès que les premières contractions arrivent il faut vite partir à la maternité, que ça va être le moment, alors que pas du tout. En réalité c’est très long, on a vraiment beaucoup de temps entre le début du travail et l’arrivée du bébé.. mais bref !

Nous habitions à 1h de route de la MDN du coup nous sommes partis chez les parents de Romain qui eux habitent à 15 min. Nous y avons passé l’après-midi et y avons dîner le soir. Les contractions étaient toujours là, toujours intenses, Andrea appuyait toujours vers le bas mais ce n’étais pas le moment, aucune sensations vraiment nouvelles, rien ne me disait que c’était le bon moment.. à ce moment là j’étais fatiguée, j’avais qu’une seule envie c’était d’être dans mon lit tranquille avec mon chéri. Du coup nous avons décidé de rentrer à la maison.

Arrivés à la maison vers 21:00 j’ai pris une bonne douche chaude et hop au lit. Je me souviens nous regardions notre série blacklist, on a regardé un épisode tranquille puis au deuxième impossible pour moi de continuer à suivre, impossible de faire quoi que ce soit, je me suis mise sous la couette, je respirais profondément en me concentrant sur mes sensations, mes contractions. Romain qui commençait à stresser à côté, il a appelé ma sage-femme (car elle était enfin d’astreinte je pense qu’inconsciemment je l’attendais, j’en suis même persuadé) Romain lui a raconté ce qu’il se passait. Elle nous a dit de nous préparer à partir tranquillement, de na pas nous presser, de surtout se détendre.

Jour J ?

C’est ce qu’on a fait. Vers 01:00 on est parti tranquillement. On est arrivé à la MDN ma SF nous attendait sur le parking, on est montés, on s’est installés dans la chambre, on a mit nos draps dans le lit, nos oreillers etc.. puis elle m’a ausculté, grosse déception mon col n’était ouvert qu’à 4 cm, je m’attendais à ce qu’elle me dise au mois 8 lol là je me suis dit ça va être long !!

Régulièrement nous entendions des femmes hurler, crier, gémir dans les pièces de la maternité, cela me glacé le sang, je demandai à ma SF pourquoi ces femmes hurlaient comme ça.. j’avais peur très peur ! (Au final je n’ai pas eu besoin de crier une seule fois, j’ai pleuré, soufflé fort, dit aïe aïe aïe 😂) après chaque femme a ses propres besoins biensur, simplement pour vous dire que ce n’est pas obligatoire et que moi cela me faisait très peur..

A partir de ce moment je n’ai plus du tout eu la notion du temps. J’étais totalement dans ma bulle, concentrée sur mes sensations.. Et mes souvenirs sont flous, je me souviens m’être allongée sur lit puis ne plus pouvoir supporter cette position horizontale, m’être mise à quatre pattes sur un tapis avec le buste et la tête sur un coussin sur le lit, puis être allé dans la baignoire, longtemps, avec Romain, sans Romain, en être sortie, m’être remis a quatre pattes, avoir mangé très peu (je sais même plus quoi) avoir bu un thé.. de temps en temps ma SF m’auscultait, mais rien d’incroyable, je gagnais 1 cm par ci par là.. puis le jour s’est levé, la luminosité de la pièce était juste merveilleuse, comme si ça me redonnait la force et me redonnait espoirs.

Nous sommes allés dans la baignoire avec Romain, je me sentais bien (est-ce l’ocytocine ? Serait-ce le moment ?) j’étais à quatre pattes avec le buste surélevé sur le bord de la baignoire, les contractions étaient très rapprochés toujours aussi intense et j’avais comme une envie de pousser. La sage-femme m’a ausculté et là elle me dit « ton col s’est effacé, je sens la tête d’Andrea » !!! Elle m’a proposé de mettre mes doigts si je voulais pour toucher sa tête et je l’ai sentie, c’était juste magique ! A chaque contraction je poussais comme je le sentais.. mais toujours pas de bébés à l’horizon. Au bout d’un certain temps ma SF m’a proposé de sortir du bain pour essayer une autre position. Elle en a profité pour m’ausculter hors de l’eau et allongée et la c’est le drame.. « je suis désolé oceanne je me suis trompée ton col et toujours à 7 cm » alors là, la déception ultime, la poche des eaux toujours pas rompu.. j’ai pleuré. J’étais épuisée, j’avais mal je voulais juste que ça s’arrête.

Finis la rigolade !

À ce moment là on s’est mis en action pour vraiment faire bouger les choses car Andrea était vraiment très bas dans mon vagin mais le col ne voulait pas s’ouvrir et la poche se percer.. on a essayer pleins de techniques, je me suis suspendu à un draps, je me suis mise à croupi pendant que Romain me tenait par les mains et je devais pousser pendant les contractions.. on a pas arrêter d’essayer de nouvelles positions, durant toutes ma SF devait me masser sans arrêt le bas du dos car la douleur était vraiment très intense et même plus supportable .. j’étais complètement sortie de ma bulle, je n’étais plus concentrée je n’arrivais plus a gérer, à accepter la douleur, même en me disant que c’était une douleur positive, à ce moment là je ne la supportais plus !

Nous avons essayé 18 de ces positions / 21 😂

Déception..

Quelques heures passées, mon col toujours bloqué à 8 cm et la poche ds eaux toujours intacte.. ce que je redoutais le plus.. le transfert à la maternité obligatoire.

J’ai demandé la péridurale, j’ai eu le choix et j’ai mis beaucoup de temps à me décider, même si j’étais vraiment contre et je ne la voulait pour rien au monde à ce moment là douleur était tellement intense que je n’ai pas pu résister..

A partir de là, j’ai souffert, vraiment souffert. Heureusement que notre corps ne se rappelle pas de la douleur. J’ai tellement souffert mon cerveau a zappé ce passage. Je sais que ça été très long car il n’y avait pas de salle d’accouchement disponible et que l’anesthésiste n’était pas dispo, je me souviens être sortie de la chambre, avoir vu mes parents, ma belle mère, avoir des contractions très souvent et ne plus arriver à marcher.. apparement cet épisode a duré des heures.. (merci gentil cerveau d’avoir oublié😂)

Puis je suis arrivée dans la salle d’accouchement de la maternité, j’avais peur très peur de la péridurale même si je l’attendai plus que tout.. (j’ai été traumatisé par une ponction lombaire et des infiltrations quelques années plus tôt)

H-1

La sensation de cette énorme aiguille n’a pas été facile.. mais l’équipe médicale a été formidable. Ils avaient été préalablement informés de mes antécédents et de mon projet d’accouchement (ils ont l’habitude de travailler avec la MDN c’est une chance) en quelques secondes une sensation de chaleur s’est propagée de mon dos à mes fesses, mes hanches, mes jambes.. magique, merveilleux.. c’était juste trop bon, j’étais totalement shootée, j’avais plus mal nulle part, j’étais juste bien. On s’est retrouvé tout les deux avec Romain dans la pièce, on discutait on rigolait, on attendait qu’on vienne s’occuper de nous, il s’amusait à me pincer les jambes et jouer avec mes pieds totalement insensibles 😂 quel beau souvenir quand j’y repense..

Une sage-femme est venue, sympas, elle m’a percé la poche je n’ai rien senti, quelques secondes après le col s’était effacé. Et là le réel besoin de pousser, c’est incontrôlable, tu sais pas pourquoi mais tu pousses. Et là la SF s’en va, what ? Elle nous dis je reviens dans 5 min. Euh, d’accord. Elle me dit ne poussez pas tant que je suis pas là. Je veux bien mais mon corps pousse tout seul là !!! J’étais allongé sur le côté j’étais bien. Elle revient elle me met sur le dos les deux pattes en l’air (la pire position pour accoucher.. celle que je ne voulais surtout pas) je sentais les contractions car en fait la péridurale n’avait fonctionné que d’un seul côté mais bon la douleur était largement supportable comparé à ce que je venait de vivre..À chaque contraction elle me disait « poussez poussez aller » le truc que je supportais pas et que je voulais surtout pas 😂 après elle m’engueulait parce que je « poussais mal » que c’était pas assez efficace. (Sans commentaires !!) bref au bout de 3 ou 4 poussées elle me dit « ah super vous avez compris, encore une » j’ai sentie la tête passer et là on la voit tirer, pousser, tourner hyper violemment , ça a duré 3 secondes même pas mais cette image nous a vraiment marqué, on était pas préparé à ça, dans notre tête bébé arrivait naturellement, doucement, vers le bas, on le rattrapait pour le serrer contre nous.. bref.

J’ai eu quelques points, à cause de son coude mal positionné nous a t’on expliqué..

La rencontre

Elle la sorti, il a pleuré (après 2 sec seulement Romain a eu très peur lol) je me souviens avoir été ému avoir dis « oh mon cœur » j’ai tendu les bras et elle me l’a posé directement sur la poitrine en peau à peau (c’était évident vu notre projet) Romain se trouvait tout près de nous juste au dessus de nos tête, je me sentais tellement bien, en sécurité, rien ne pouvait nous arriver. Puis je lui murmurait « tout va bien mon cœur je suis là » sans savoir pourquoi, comme si je sentais qu’il avait besoin d’entendre cette voix qu’il connaissait si bien, il s’est arrêté de pleurer direct puis Romain a coupé le cordon. (Encore un geste « médical » mal placé, car c’est le placenta qui oxygène le bébé le temps qu’il prenne s’est repères et se familiarise avec son nouveau monde et sa respiration.. aucune urgence à Couper le cordon, bien au contraire..)

Je peux clairement dire que ça a été le jour où plutôt le moment le plus beau, heureux et intense de toute ma vie.

Encore un moment assez flou, il s’est passé plein de petites choses dont je ne me souviens pas vraiment. A part que la SF a soulevé le placenta en nous le montrant.. (sans commentaire bis lol Romain m’en parle encore aujourd’hui en me disant que c’était degueulasse… merci madame)

Sur le moment c’est difficile de réaliser que ça y est, on est parent, bébé est là, on sera 3 et plus jamais deux pour le restant de notre vie. Réaliser que je suis la maman de ce petit être. Que sa vie repose sur ma responsabilité. Tout prend un sens au moment où je le tiens dans mes bras. Mais d’un autre côté, je suis bien, je me sens à ma place, tout est naturel et spontané !

Je sais pas si je dois culpabiliser, mais contrairement à ce qu’on peut entendre je n’ai pas eu de « coup de foudre », j’aime Andrea plus que tout au monde, j’ai pris soins de lui et fais de mon mieux pour lui depuis la 1 ère seconde, je serais incapable de décrire l’amour que je lui porte.. mais pas ce fameux « coup de foudre ». Je pense plutôt qu’on s’est découvert, on s’est apprivoisés et on s’est aimés. Je pense quand même que sans péridurale çà aurait été différant, les hormones sécrétées ne sont pas les mêmes ni pour bébé ni pour la maman, les sensations etc.. peut-être que ce fameux coup de foudre se produit quand les choses se font naturellement et physiologiquement !

Les heures qui ont suivi

L’équipe médicale nous a laissé durant 2h en peau à peau, je n’ai pas vu le temps passé nous étions comme sur un petit nuage au beau milieu du paradis .. j’en ai profité pour mettre Andrea au seins, il a tetouyé rapide, sans vraiment téter il avait l’air épuisé ce petit lardounet

Puis la femme est venue, la pesée, mesurée : 3kg800 pour 52 cm oui gros et grand bébé. 😂

Elle la habillé avec Romain et ils sont partis dans la chambre, moi j’ai pu me lever, m’habiller puis les rejoindre quelques minutes plus tard.

les 3 jours à la maternité

Si nous avions accouché à la MDN nous serions rentrés dans les 4 à 6 heures qui ont suivis.

Je l’ai regretté c’est vrai.. mais aujourd’hui ce n’est que du positif et juste un merveilleux souvenir de plus a se remémorer.

La première nuit Andrea n’a fait que dormir et à même fait la grasse mat. Il a dormi dans le berceau (je ne connaissait pas encore vraiment le cododo, du moins je ne pensais pas le pratiquer)

La journée qui a suivie niquel, le 1 er bain, les câlins.. (Andrea était très grand, il ne rentrait même pas dans leurs baignoires 😂)

La 2ème nuit impossible de le faire s’endormir, il ne faisait que pleurer, pourtant il était propre, il avait mangé il n’avait pas chaud pas froid.. alors qu’y a t’il mon bébé ??

On a donc appelé une SF pour demander conseils.. on a eu la chance de tomber sur une SF super qui nous a expliqué qu’il avait simplement besoin d’être contre sa maman, ressentir sa chaleur, ses battements de cœurs, son odeur..

On oublie trop souvent de nous parler du besoin de proximité et de contact qu’on les bébés. On pense desuite à la faim etc mais pas à ça.. on n’avait malheureusement pas été informé là dessus !

Du coup elle nous a emménagé un petit coin sécurisée pour Andrea dans mon petit lit, et on a dormi comme des bebe, Andrea a fait une mega grasse mat jusqu’à presque 10h jusqu’à ce qu’on nous demande de le réveiller pour le bain (grrr)

Mise en place de l’allaitement

Andrea été vraiment épuisé, il ne faisait que dormir. Alors évidemment au moment de la pesée on s’est gentiment fait taper sur les doigts.. on nous a expliqué qu’il fallait le réveiller toutes les 3h pour qu’il tête même la nuit.. sauf qu’Andrea ne voulait pas, impossible de le réveiller il se rendormait direct ou se réveillait même pas ! On nous a dis de le stimuler … patati patata

Mais on voyait très bien que notre petit n’avait qu’un seul besoin à ce moment précis : se reposer, récupérer de sa naissance.

On nous a limite « harceler » pour qu’il s’alimente, j’ai presque vu le moment où les SF de la maternité lui collait un biberon avec du lait industriel..

Je ne me suis pas laissée faire même si j’étais complètement déconcerté, il n’était pas question que je laisse tomber aussi facilement. Alors j’ai appelé ma SF de la MDN qui m’a évidemment soutenu, écouté et très bien conseillé. Elle m’a expliqué qu’en effet Andrea n’avait besoin que de dormir pour le moment pour récupérer alors qu’il fallait le laisser et qu’un bébé ne se laissera jamais mourir de faim. Elle m’a conforté dans mon choix et ressenti qui été de seulement écouter les besoins de mon bébé. Et elle m’a conseillé de le mettre en peau à peau contre mon buste, moi le haut nu et lui en couche avec un couverture sur nous, et ça durant des heures.

Une après-midi en peau à peau suffit pour que ma montée de lait arrive, Andrea l’a senti et s’est mis à téter dans la foulée !

Andrea a commencé à reprendre du poids mais apparement pas assez.. on nous a menacer de ne pas nous laisser sortir si il n’avait pas repris tant de poids.. (arf les mater..) on nous a encore une fois dis de le forcer à manger, le stimuler, le mettre au seins etc ..

bref on s’en fou on a acquiescé puis on a fait tout le contraire 😂

On nous a même fait le coup de la pesée avant téteé puis pesée après ..

Au final

On a bien fait de ne pas écouter, Andrea a fait grimper la courbe !! Il s’est retrouvé au dessus de la normale. Il a commencé à réclamer un peu plus souvent, prendre plus et être un peu plus éveillé.

Nous avons donc pu rentrer à la maison !!

En résumé

C’est clairement le plus beau jour de notre vie. La naissance de notre amour, notre naissance en tant que parents.

Et même si ma hantise première était le transfert à la maternité. Aujourd’hui je ne regrette rien de mon accouchement et je l’aime et l’accepte comme il est.

Si j’ai bien retenu une chose, c’est de se faire confiance, faire confiance à son bébé, n’écouter que notre instinct et le reste laisser couler !

1 comments on “Mon récit d’accouchement”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s