Quelque part entre la contrainte et la permissivité..

One comment

Il y a peu j’ai découvert la « Communication NonViolente » dans un livre intitulé « Élever nos enfants avec bienveillance » de Marshall B. Rosenberg, méthode de communication verbale qu’il a lui même élaboré et déposé. Qu’il enseigne à travers le monde depuis 1960. Cliquez ici pour le découvrir .

Je pense qu’il faut considérer ce livre comme une « mise en bouche » comme une première approche facile de la Communication NonViolente. Il est très simple et rapide à lire. On a vraiment envie d’en savoir plus sur ce mode de communication.. On peut lire des critiques comme quoi il serait « creux » « vide » mais je ne suis pas d’accord. Il a son importance et peut s’adapter à tout type de lecteurs, nous ne sommes tous pas capables d’accrocher à des thèses de 500p. Puis pour 4,95€ c’est quand même très intéressant !

Si vous voulez rentrer directement dans le vif du sujet, préférez plutôt « les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) » toujours de Marshall B. Rosenberg

Il nous explique le concept et le processus de la « Communication NonViolente » mais surtout il nous raconte tout un tas d’expériences qu’il a pu vivre au cours de ses 30 années où il a exercé en tant que coach en médiation. Il nous raconte également ses anecdotes personnelles avec ses enfants. Ça été une merveilleuse révélation, une découverte tellement passionnante que je ne peux pas m’empêcher de vous la partager !

En fait c’est exactement ce dont à quoi j’aspirais sans même savoir que ça existait. Je me creusait la tète à savoir comment et pourquoi n’appliquait-on pas tous une méthode similaire..

La CNV c’est quoi ?

A vrai dire, c’est tout simple. C’est une méthode de communication verbale basée sur l’empathie, le respect et la compassion. Son but est d’apprendre à écouter nos valeurs et nos propres besoins fondamentaux pour pouvoir les satisfaire. Et réciproquement pour les besoins et valeurs d’autrui.

Elle a été développée au États Unis en 1960 par Marshall B. Rosenberg docteur en psychologie, il s’est inspiré des travaux de Karl Rogers (1902-1987). Elle est arrivée en France il n’y a pas si longtemps..

C’est un outil dont le but est de transformer les conflits en de simples dialogues et ça dans n’importe quelle situation. Cette méthode s’applique aussi bien dans les centres pénitentiaires, dans les entreprises, au sein d’une famille, n’importe qui peut l’appliquer n’importe où. Elle fonctionne même quand la personne en face de nous ne connaît même pas son existence !

Comment ça marche ?

Je vous partage une image qui m’a beaucoup plu que j’ai trouvé en élargissant mes recherches sur la CNV1 – Observation (O) : décrire la situation en termes d’observation partageable ;

  • 2 – Sentiment et attitudes (S) : exprimer les sentiments et attitudes suscités dans cette situation
  • 3 – Besoin (B) : clarifier le(s) besoin(s) ;
  • 4 – Demande (D) : faire une demande respectant les critères suivants : réalisable, concrète, précise et formulée positivement. Si cela est possible, que l’action soit faisable dans l’instant présent. Le fait que la demande soit accompagnée d’une formulation des besoins la rend négociable.
  • A vrai dire c’est bien plus complexe que ces 4 petits points, mais ça en est la base !

« A partir du moment où les gens parlent de leurs besoins plutôt que des torts des autres, il devient beaucoup plus facile de trouver des moyens de satisfaire tout le monde. « – Marshall Rosenberg

L’appliquer

Marshall Rosenberg nous explique dans un chapitre « les limites des récompenses » :

« Pour nombre de parents, le mode de communication que je propose paraît si étrange qu’ils rétorquent « Ce n’est pas naturel de communiquer de cette façon ! » . – Un jour, j’ai lu un passage de Gandhi qui disait : « Ne confondons pas ce qui est habituel de ce qui est naturel. »

Il nous explique également :

« J’ai appris que les êtres humains sont beaucoup plus naturellement portés à créées des relations fondées sur l’amour, le respect et le partage dans la joie qu’à faire pression sur les autres en recourant à la punition ou à la récompense, à la culpabilisation ou à la honte.

Mais une telle transformation demande une grande prise de conscience et un réel effort »

À ce propos, Michelle Guez, formatrice certifiée, parle d’une fluidité qui s’acquiert avec la pratique. Pour elle, les étapes sont les mêmes que pour l’apprentissage d’une langue : on passe du savoir (compréhension de la méthode) au savoir-faire (après quelque temps de pratique) puis au savoir-être (la méthode s’applique de manière naturelle).

L’entourage

Pour réussir et pouvoir appliquer la Communication NonViolente il faut vraiment être soutenu et compris par notre entourage. Ça prend du temps, ça ne se fait pas et ça ne fonctionne pas du jour au lendemain.

Pour vos proches qui ne s’y intéressent pas ou qui n’ont pas compris le concept et les retombées, nous seront la plus part du temps catalogués comme des parents « laxistes » « non-autoritaires », mais au final ils se rendront compte qu’ils avaient tords et se mordront les doigts de ne pas s’y être intéressés plus tôt !

D’un autre côté, il faut se mettre à la place de son interlocuteur qui lui utilise une méthode traditionnelle pour emmener et tourner la chose de façon à ce qu’il ne se sente pas attaqué.

Par exemple si je dis « moi j’applique la communication NonViolente avec mon fils contrairement à toi avec le tiens » bon ok j’exagère, mais même formulé autrement la personne en face va comprendre qu’elle est violente avec ses enfants. Et quoi de pire pour un parent que d’être justement critiqué dans son rôle de parent !

L’éducation

En réalité je déteste ce terme d »éducation », éduquer, ça veut dire quoi ? Je sais pas pourquoi mais ce me fait penser à « dresser » !

Personnellement je préfère dire plutôt « j’élève mon enfant » que « j’éduque mon enfant » mais BREF !!!

Je trouve que cette méthode de communication NonViolente est en parfaite corrélation avec « l’éducation positive » ou bienveillante comme vous préférez (moi je préfère utiliser bienveillante car quand on dis positive sa laisse croire que l’on insinue que les autres méthodes sont négatives, alors qu’absolument pas !)

Leurs principes et aboutissants correspondent parfaitement. La CNV est un super outils à intégrer dans ce « mode de vie » qu’est la parentalité bienveillante !

Bienveillante..

La parentalité bienveillante aspire à une relation parent enfant égalitaire ou on cherche à identifier, comprend et respecter les besoins de chacun. En fait, c’est le juste milieu entre autoritarisme et laxisme.

Bien que le concept existe depuis de nombreuses années, le boom des neurosciences et les nombreuses recherches scientifiques font qu’aujourd’hui beaucoup de parents choisissent cette pédagogie.

En la pratiquant, ils réalisent que ce sont tous les aspects de leur vie qui se retrouvent impactés en positif par ce choix éducatif.

La CNV parentale en résumé

Selon le modèle traditionnel éducatif, notre manière de nous adresser aux enfants est bien souvent très différente de notre façon de parler aux adultes. Directive, autoritaire, même souvent déshumanisante, cette communication « traditionnelle » n’est bénéfique pour personne. Elle a même dans certains cas des conséquences sur le développement émotionnel et psychologique de l’enfant.

 

La CNV nous apprend comment communiquer pour transmettre notre message (besoin) sans que notre interlocuteur se sente agressé, humilié ou rabaissé.

Ainsi il sera plus ouvert à la discussion et à entendre nos propres besoins.

Apprendre la CNV permet d’établir une communication respectueuse avec les enfants.

Elle prône les valeurs d’empathie, de respect, d’amour, de compassion que l’on a en nous des fois sans même le savoir. Elle procure le bien-être des deux parties.

C’est un outil très puissant qui permet vraiment d’apaiser et enrichir les relations grâce à l’élan du cœur !

Ma réflexion personnelle

Je me demande pourquoi dans notre société il est mieux vu de cacher ses sentiments et ne surtout pas laisser paraître ses émotions, de ne pas faire part de nos besoins face à ça. On pense tout de suite qu’en nous ouvrant et en partageant avec les autres nous aurons l’air d’un « faible » d’un « sensible » péjorativement !

Ou alors penser que l’on se plaindrait, que c’est mal et désagréable pour la personne en face. Mais se plaindre à proprement dit je ne pense pas que ce soit similaire, bien au contraire, ce serait exagérer en formulant tout ce que nous vivons négativement ou de faire de tout petits problèmes la fin du monde sans arrêt..

Ou bien pour se protéger ? Je suis d’accord qu’il n’est pas bon de s’ouvrir à n’importe qui. Il existe des personnes toxiques et mal intentionnés, mais je pense qu’en s’écoutant attentivement nous sommes entièrement capable d’identifier ce genre de personnes et donc les éviter ou simplement filtrer les informations qu’on leurs donne.

Pourquoi toujours faire semblant de ne rien ressentir, toujours cacher ses émotions, mentir sur nos sentiments ? C’est triste je trouve. En se comportant de la sorte qui nous connaît vraiment à la fin ? Qui voit la personne qui se cache derrière le masque ?

Ça nous est déjà tous arrivé d’être dans une situation difficile, conflictuelle ou de détresse et de trouver quelqu’un qui été là pour nous écouter, nous réconforter. Et je pense que ça nous a tous fait beaucoup de bien d’extérioriser, de poser des mots sur nos sentiments, de partager.. d’être VRAI tout simplement.

Nous essayons de correspondre à des rôles : le bon père, la bonne mère, le bon patron. Mais pouvons-nous être simplement nous-même avec nos forces et nos faiblesses ?

Peut-être que sans ces « préjugés » nous vivrons dans un monde Sans violence qui sait !

 

1 comments on “Quelque part entre la contrainte et la permissivité..”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s